Le journal des Fribarbe

12 mai 2006

V pour Vendetta

Si on parlait un peu de ce film génialissime que j'ai été voir l'autre jour.

L'histoire pour commencer. On se situe dans un futur pas si lointain que ça. l'Angleterre est tombé sous la coupe d'un régime totalitariste ressemblant un peu au Nazisme. La population a accepté cette état des choses,de peur du terrorisme... ça vous rappelle rien?? Si forcement. Dans ce film on prend bcp d'actualité, un peu ( bcp?) du gouvernement Bush assaisonné d'un film de superhéro vraiment pas comme les autres. En effet le héro est plus complexe que dans n'importe lequels des films tiré d'une BD. A la fois on le comprend et on l'approuve mais en même temps on ne peut que trouver ces méthode ( le meutre) pas forcement très "super". Le spectateur se trouve en fait à la place d'Evy, l'héroine du film interprétée par Nathalie Portman (grrrrr..), qui se retrouve plongée dans le clan de la libération un peu par hasard après avoir été sauvée par V ( le héro) d'un viol. Elle même est à la fois partagée par les actes de V qui mène son combat contre le régime en place plus par esprit de vengeance que pour une réel cause humaine. En plus le film est vraiment bourré d'action, dans un Londres gothique qui en fout plein les yeux tellement c'est beau visuellement tout ça sur un scénario des frères de la Matrix. Pour ce qui est des acteurs, Nathalie Portman est sans aucun doute aussi belle que talentueuse ( un des ces meilleurs rôles) et Hugo Weaving ( l'agent Smith de Matrix) réalise un tour de force en jouant avec un masque sur le visage pendant tout le film. En bref, j'y étais allé sans trop savoir à quoi m'attendre et j'ai été conquis par ce film.

Superbes Acteurs, un max d'action, un scénario impecable... Mais que demande le peuple!

Sunkilmoon

v_pour_vendetta_affiche

Posté par sunkilmoon à 18:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 avril 2006

Présentation

Bonjour les Zoulous!

Vous assistez en ce moment même à mes premiers cyber-pas sur un blog, alors je vous prie d'être indulgents si je dérape ou m'emporte quelque peu. Le seul fait d'imaginer que ces lignes vont bientôt figurer sur la grande toile me donne un début de tournis! D'ailleurs (après avoir regardé bêtement mon écran pendant 15 minutes) j'ai songé à écrire alternativement une recette de cuisine, une liste de films, un résmé de livre, une formule de physique, une blague sur les belges, une lettre d'amour, un conseil de tricot... Tout ça pour finalement me rendre compte qu'en fait, je ne m'étais pas encore présentée, et qu'il était donc plus sage de commencer par celà (vous voyez qu'avec un peu de réflexion on arrive à déplacer des montagnes!) Alors voici donc:

Je suis la Rhubarbe, fidèle alliée de la Frite, toujours à l'affut d'un bon café et d'une occasion de rire. Comme celle-ci l'a précisé, nous nous connaissons depuis nos premières heures de torture sur les bancs de la médecine: un cours d'anatomie si je me souviens bien. Dès le deuxième jour de bourrage de crâne effreiné (surtout qu'on avait enchaîné avec la CHIMIE, cette horreur) nous avons ressenti simultanément le besoin d'une petite consolation et nous nous sommes retrouvées en moins de deux aux Brasseurs - le bistrot le plus proche de la sortie de métro - devant une panaché.

Après c'est un peu long à expliquer, mais à coup de séances de bibli, de pots en ville et de fous rires dans les auditoires on est dévenues aussi inséparables que le tibia et le péroné! Comme vous le voyez, je l'ai suivi et retenu ce fichu premier cours d'anat!! "Malheureusement" pour moi, ça n'a pas suffi et notre satanée capitale m'a gentillement invitée, après deux ans de labeur, à prendre la porte de sortie (le genre d'invitation qu'on ne peut pas refuser...si vous voyez le tableau) Je dis "malheureux" avec des guillemets parce que je ne le considère plus aujourd'hui comme tel. Je suis retombée sur mes pieds, et je m'amuse désormais beaucoup à l'université de Fribourg dans des études de lettres où je potasse avec passion des tas d'Histoire contemporaine et déglutis avec un peu moins de plaisir ma seconde branche: le français, qui n'est à mon sens pas la plus passionnante des occupations mais tout de même très prometteuse pour l'avenir de prof ou journaliste auquel je me destine! Donc tout est bien qui finit bien: la frite et moi on s'entend désormais...comme Proust et sa Madeleine, la bière coule toujours à flots aux brasseurs, et on réussit encore à rire jusqu'à ce que crampe abdominale s'en suive.

Mon surnom m'a naturellement été donné par la Frite, qui en avait assez de se faire nommer ainsi sans avoir sa propre réplique (la canaille!). Alors elle a réfléchi dans sa barbichette quelques instants et a soudainement exclamé : "Rhubarbe!!! Tu te surnomeras Rhubarbe!!" Et Amen, la sentance était tombée... et deux ans après elle me plaît toujours!

Posté par emilie_rhub à 00:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]